ALLIOD Océane encadrée par Catherine CHARCOSSET, a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée « Development and valorization of a membrane emulsification process for the production of nanoemulsions » :

Mardi 20 Novembre à 10H
A la salle de Conférences
de la bibliothèque universitaire Sciences

Résumé
Les nanoémulsions sont des formulations intéressantes pour des applications telles que les cosmétiques, les produits pharmaceutiques et les produits alimentaires. Elles peuvent être produites par des techniques à basse ou haute énergie. Dans ce travail, un procédé impliquant une pression modérée, l’émulsification membranaire par prémix a été proposée comme alternative. Des nanoémulsions huile-dans-eau (H/E) et eau-dans-huile (E/H) ont été produites avec une installation à l’échelle pilote composée d’un pousse-seringue à haute pression et d’une membrane Shirasu Porous Glass (SPG). Tout d’abord, l’influence de nombreux paramètres du procédé et de la composition sur la taille des gouttelettes et la pression résultante a été étudiée avec des compositions modèles. Ainsi, des nanoémulsions H/E d’environ 260 nm et E/H d’environ 600 nm ont été produites avec succès. Puis, le montage a été utilisé pour produire des nanoémulsions de compositions spécifiques, des nanoémulsions H/E et E/H stabilisées avec des tensioactifs polypeptidiques et une nanoémulsion H/E adaptée à l’injection. Enfin, le procédé développé a été comparé à deux procédés à haute énergie traditionnels, le microfludiseur et les ultrasons en termes de taille des gouttelettes et de conservation d’actifs. Aucune différence entre les procédés n’a été observée en ce qui concerne la préservation de l’actif choisi. Cependant, en ce qui concerne la taille, les nanoémulsions produites par les membranes ont présenté des gouttelettes monodisperses de 335 nm par rapport aux autres procédés qui ont produit des nanoémulsions d’environ 150 nm de taille moyenne mais contenant aussi des gouttelettes de taille micrométrique détectées par diffraction laser et microscopie optique et instables à 3 mois en vieillissement accéléré pour le microfluidizer. Pour cette raison, les nanoémulsions produites par procédé membranaire conviennent pour des applications parentérales avec l’avantage de ne nécessiter aucune étape de filtration. De manière générale, le procédé développé présente par rapport aux autres procédés existants les avantages d’un meilleur contrôle de la taille finale de l’émulsion, d’un procédé industrialisable et stérilisable, et d’une diminution de l’énergie requise.